Back to the index page
  FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Mon Légionnaire l'ose

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le-grand-fouillis.org Index du Forum » Admin » Archive Sujet précédent :: Sujet suivant  
Mon Légionnaire l'ose
 MessagePosté le: Lun 27 Jan 2014 - 13:28 Répondre en citant  
Message
  L'Isa
Nietzsche ta mère !


Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2009
Messages: 44 364
situation virtuelle: Moi aussi j'ai un booooo chapeau ! pfff !
Féminin Taureau (20avr-20mai)
grade: fée railleuse de Vaujours

MON LÉGIONNAIRE L’OSE

(Toute ressemblance avec des personnages ou évènements ayant existés n'a rien de fortuit...)


La première fois, toi et moi, à Chelles.
J’ai entendu le bruit de ton engin, que je pourrai ensuite reconnaître entre tousss, à ta manière de débrayer, d’accèlèrer rageusement…..
Parce que l’enfant triste et mal aimé, souvent, se mue en homme en colère, tu conduis comme tu vis : avec rage, chagrin et colère.

Je t’ai ensuite vu arriver, d’un air las, le pas lent et mal assuré.
Tu as posé ton casque en lâchant en guise de bonjour :
« putain je hais cet endroit. »


J’avais comme toujours une thermos de costa-ricain bien chaud, on l’a partagé pendant que tu me montrais tes trésors sur l’histoire de l’infortunée fortification victime de son obsolescence et d’après toi, de la bêtise crasse des politiques locaux.

La première fois , toi et moi chez la vieille DAM, assis dans la nuit sur les marches du magasin aux vivres…..
Notre premier fou-rire complice quand de l’autre côté de la grille, par delà le concertina, « Audi-Quintro » nous racontait sa passion pour le ricard matinal…..
Toi seul si et quand tu me liras, pourra saisir et revivre ces moments, au point que j’imagine en écrivant, le sourire qui illumine ton visage en me lisant…..


La première fois chez moi.
Tu buvais beaucoup, beaucoup trop, de costa ricain, tandis que je m’envoyais une blonde bien fraiche.
Tu sortais d’une énième cure de sevrage…
Ton chagrin et ta colère, je les prenais de plein fouet à chaque fois que tu te concentrais pour ne pas trembler à cause du manque d’absynthe…..
C’était comme si ce chagrin indiscible et cette redoutable colère entraient en moi, parcourant mon être entier sans que je puisse faire autre chose qu’être l’écho, le miroir de ce chagrin et cette colère.


Qu’as tu fais de nos heures, nos milliers d’heures ensemble ?`
La complicité, l’attachement profond le passionnel, « l’irra-diation-nel » d’un étrange et singulier « je t’aime moi non plus »……

Qu’as-tu fait de notre histoire ?
Cette « plaisanterie » comme tu l’as appelé, quand pour la seconde fois tu m’as quitté.

C’est ta peur d’aimer, d’être aimé qui t’as poussé à écrire le mot « fin » sur nous ?
Ta peur de vivre, simplement…… Ta panique à l'idée de n'être point à la hauteur.......
Je t’ai aimé, profondement, singulièrement, véritablement, au moins autant que je t‘ai parfois detesté, méprisé, haïs.
Je t’ai admiré autant que je t’ai méprisé.

Tu es parti, tu es revenu, tu es reparti sans que je saisisse pourquoi.

Quelques jours avant ton dernier départ, tu m’appelais encore « ta tata » et prédisais un tas de choses fort désagréables à quiconque oserait « toucher à ta tata. »
Peut-être voulais tu simplement te reserver le plaisir, le privilège, le droit de me briser……

Mais mon Légionnaire même s’il l’ose, ne me brisera pas, sait-il pourquoi ?

Parce que brisée je le suis déjà et que plus rien ne peut m’atteindre depuis que j’ai vu jour après jour ma fille basculer dans la folie.
Parce que j’ai assisté impuissante, à la remise en route du rouleau compresseur des services sociaux qui ont écrasés son fils une fois de plus.
Tu ne me briseras pas ni personne d’autre, parce qu’il n’y a rien dont je puisse me remettre après ça.
Plus rien ne peut m’atteindre, le chagrin et la colère glissent sur ce que l’été dernier a fait de moi….

Le « Soleil grecque » te faisait de l’ombre, tu as admirablement manoeuvré pour l’éteindre et je t’ai laissé faire…..
Sans doute que lâche et meurtrie comme je l’étais alors, ça m’arrangeais bien au fond de te laisser reprendre les commandes…….

Tu m’as dit peu de temps après ton dernier départ « je ne veux pas qu’on m’aime ».

Mais je le sais bien, que tu mens, tu as peur d’être aimé, tu ne sais pas comment te débrouiller avec ça car une partie de ton passé te hante et au nom de ce passé tu as décidé de vivre comme un traitre, un « enculé » pour reprendre une de tes expressions favorites……

Juste avant de me quitter pour rejoindre un être que pendant des années tu as qualifié avec raison, d’individu mégalo, imbu de lui-même, en recherche constante de re-connaissance, en quête de pouvoir et de célèbrité, en proie aux problèmes d’identité……
Tu as pris soin de voler tout ce qui pourrait par la suite, nuire à l'EDV, c'est en tout cas ce que tu croyais.....

Et pourtant, mon Légionnaire l’ose, s’afficher à ses côtés, alimenter ses rancoeurs et sa soif de vengeance personnelle…….

Tu es allé je crois jusqu’à préméditer ta trahison, en prenant soin de photographier tout ce qui pourrait donner matière à mettre un terme à la présence de l’EDV chez la vieille DAM……
Tu as rejoins sa cause : vengeance personnelle sous couvert d ‘engagement Citoyen…..
Ah si les pauvres moutons qui ont signé cette pétiton savaient à quel point ils sont le jouet de deux frustrés en mal de re-connaissance……
A quel point ces deux pauvres petits médiocres n’ont d’autre ambition que faire tomber le grand satan mangeur de gypse pour l’un, la CAMC pour l’autre et nous avec, : l’encombrante EDV qui a su se maintenir envers et contre tout, au milieu de ce règlement de comptes et ces luttes de pouvoirs politico-égologico-associatives……
Cher Légionnaire, comment peux tu vivre avec ton inconséquence ?
Que gagneras tu dans cette nauséabonde alliance avec un individu possèdé, animé par le désir de faire peur aux Citoyens dans l’unique but de « casser du plako » ?


Mais je te connais bien très Cher légionnaire-qui-ose, tu ne tiendras pas très longtemps dans la peau du traitre car je sais moi qui t’ai aimé, admiré et regardé sombrer par peur d’aimer……. Que tu n'es pas un traitre.
Moi qui t’ai si souvent relevé et assisté aux crises aigues de saoulagraphies douloureuses, par manque de courage de vivre.
Je sais que tu ne tiendras pas longtemps car tu n’es pas fait de cet alliage là, celui des traitres, des oppportunistes, et encore moins des lâches.

Au delà de ta peur de vivre, il y a une fidélité innée, viscérale fichée au fond de tes tripes de légionnaire.
Ce qui vous lie sont vos échecs associatifs et votre mégalomanie et votre désir de vengeance,
C’est à tout coup ce qui une fois de plus vous conduira à retourner,
l’un à son confort de bobo et l’autre à sa solitude et à son absynthe.
Tandis que moi, Du haut de Bel Air, j’attendrai ton retour, que mon Légionnaire l’ose, ce retour.

à suivre......
_________________
"Et si le bobo enrichi était plus nocif que l'uranium appauvri ?"
MSN Skype
Publicité
 MessagePosté le: Lun 27 Jan 2014 - 13:28  
Message
  Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le-grand-fouillis.org Index du Forum » Archive

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
Macinscott 2 by Scott Stubblefield