Back to the index page
  FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
La Demoiselle au Stradivarius

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le-grand-fouillis.org Index du Forum » chez vous » Archive » La baraque à Celan Sujet précédent :: Sujet suivant  
La Demoiselle au Stradivarius
 MessagePosté le: Jeu 6 Oct 2011 - 14:05 Répondre en citant  
Message
  Celan


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 2 911
Localisation: Oise
Emploi: retraité
Loisirs: peinture et les chevaux
Masculin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon
grade: voltigeur

La Demoiselle au Stradivarius

Nous nous sommes connus quai de Bondy
Dans le cinquième arrondissement de Lyon
Vous m’aviez invité dans le théâtre
Où vous donniez un récital
Vous aviez joué une sonate de Respighi
La trille du diable de Tartini, c’était fabuleux
Dans votre violon on aurait dit qu’il y avait une âme
Parfois quand l’archer glissait sur les cordes,
Les sons venaient égayer toute la salle
Depuis quelques jours les gradins de notre vie
Se sont échelonnés de bonheur.
La musique et votre parfum remplissent mes journées
Ce que j’aime ce sont les ballades en votre compagnie
Dans ces paysages de neige en hiver
Votre amour se mue en chanson.
Quand minuit arrive avec vos baisers magnifiques
Mon cœur fidèle n’en revient pas, mais il s’en souvient
Je devine vos gammes quand je suis absent, je fredonne
Quelques notes, mon univers ne reste jamais passif
Grâce à votre clé de sol, grâce à vos portées je me suis mis
A votre diapason, j’admire vos connaissances musicales
Qui aujourd’hui font le plaisir de mes jours et de nos soirées
Quand vous rentrez dans la chambre votre ombre est déjà un plaisir
Moi l’ancien capitaine de marine, qui ne connaissait que la houle
Que le clapotis de l’eau contre la coque, et les fest-noz Bretonnes.
Avec vous je m’accroche au bastingage.
J’attends avec impatience vos mots avec votre accent mystérieux
Parfois votre désobéissance a presque une convenance impérieuse
J’adore votre resplendissant sourire et vos cheveux qui flottent devant vos yeux.
Comme il neige ce jour dans notre contrée surtout dans les prairies
Sous son voile d’argent la terre est ensevelie
Vos notes musicales produisent de la chaleur
La neige paraît-il conserve notre vie.
Hier vous m ‘avez dit : « j’aime ce manteau et sa blancheur »
Exceptionnellement ce soir puis-je vous appeler Julie
Car avec vous l’amour, c’est d’abord de la folie.

Auteur Celan : le 22. 01. 2006
_________________
la joie est en tout; il faut savoir l'extraire
Publicité
 MessagePosté le: Jeu 6 Oct 2011 - 14:05  
Message
  Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?
La Demoiselle au Stradivarius
 MessagePosté le: Jeu 6 Oct 2011 - 19:26 Répondre en citant  
Message
  L'Isa
Nietzsche ta mère !


Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2009
Messages: 44 364
situation virtuelle: Moi aussi j'ai un booooo chapeau ! pfff !
Féminin Taureau (20avr-20mai)
grade: fée railleuse de Vaujours

Encore une bien belle tranche de vie !

J'aime quand tu les distilles ainsi, assez lentement (ah ! Celan te ment ??? meuh non !!!!)

Je ne cherche pas à savoir si c'est autobiographique ou imaginaire parce que je m'approprie l'histoire !
_________________
"Et si le bobo enrichi était plus nocif que l'uranium appauvri ?"
MSN Skype
La Demoiselle au Stradivarius
 MessagePosté le: Ven 7 Oct 2011 - 05:40 Répondre en citant  
Message
  Celan


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 2 911
Localisation: Oise
Emploi: retraité
Loisirs: peinture et les chevaux
Masculin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon
grade: voltigeur

La L'Isa a écrit :

Citation:
Encore une bien belle tranche de vie !

J'aime quand tu les distilles ainsi, assez lentement (ah ! Celan te ment ??? meuh non !!!!)

Je ne cherche pas à savoir si c'est autobiographique ou imaginaire parce que je m'approprie l'histoire !


je pourrais te dire des mensonges , car sur le net c'est très facile , d'ailleurs comme dans la vraie vie aussi et bien je n'aime

pas mentir , ou alors très peu pour blaguer .....pour faire rire .

Facétieux le vieux ?

J'aime bien imaginer, j'aime comme certains écrivains offrir les détails qui font que l'on puisse tomber amoureux , d'une

histoire ; lire c'est super , mais rester accrocher pour savoir la fin , c'est encore mieux , et en 24 lignes ,il y a du boulot (grand sourire ).

Non cette histoire est totalement romancée , par contre au sujet de l'amour , je suis formel , l'amour est le plus beau des

sujets; pour moi c'est ce qu'il y a de plus fou !

Merci L'Isa pour tes commentaires , je vais t'offrir un texte qui est presque véridique , tu sauras lire entre les lignes !!!!!

L'Amitié , pour parler , l'amitié soudainement , l'amitié passionnément , l'amitié en paroles ou en silence .



_________________
la joie est en tout; il faut savoir l'extraire


Dernière édition par Celan le Ven 7 Oct 2011 - 06:42; édité 1 fois
La Demoiselle au Stradivarius
 MessagePosté le: Ven 7 Oct 2011 - 05:48 Répondre en citant  
Message
  Celan


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 2 911
Localisation: Oise
Emploi: retraité
Loisirs: peinture et les chevaux
Masculin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon
grade: voltigeur

L’infirmière

Après un éclair de colère dans un ciel de tourmente
Il règne un impressionnant silence
A l’hôpital de la rue Louis Blanc
Dans le monde des femmes en blanc
Un cœur bat anormalement
Chez un homme aux cheveux blancs
Qui habite Ménilmontant.
Une infirmière gère les urgences
Douée d’une douceur poignante
Acheminant du bonheur à petites doses
Confie à cet homme plein de choses
Très différentes des autres
Elle s’approche rapidement
Lui parle très doucement
Elle le rassure en un instant
Lui retire ses angoisses, grâce à sa douceur
Elle lui chasse toutes ses peurs et ses malheurs
Sans chercher à savoir le pourquoi du comment
Elle ne lui dit rien, mais elle le comprend.
Dans l’énorme temple de ses serments
Un rayon de soleil navigue tout le temps
Dans un rictus de contentement
Dans sa tête un vague petit penchant
l’homme au petit porte-clés en argent
Au stylo noir étoilé « Mont blanc »
Hausse les épaules fermement en se confondant.
Quand elle arrive le matin avec ses impressions
Elle lui parle du monde qui se surmonte
Elle ne prend jamais la vie à contre sens
Elle se penche sur ses écrits oubliés.
Eclairé dans des moments de joie et de liberté
Il lui offre sur un plateau d’argent
Un peu de mots encourageant
Qu’elle parcourt en un instant
Dans sa tête c’est parfois un peu bohème
C’est sans doute pour ça qu’elle l’aime
Elle l’a connu un soir aux urgences
Son cœur était en souffrance suite à des turbulences
Pour elle, il a construit un empire
Dans les contres forts des légendes
Où se maintiennent les menhirs
Simplement parce qu’elle a su lui sourire
Remplaçant les larmes de pluie en gouttes d’argent
Dans ses beaux yeux en attendant le jour du Printemps.

Auteur Celan : le 11.03.2005
_________________
la joie est en tout; il faut savoir l'extraire
La Demoiselle au Stradivarius
 MessagePosté le: Ven 7 Oct 2011 - 08:31 Répondre en citant  
Message
  L'Isa
Nietzsche ta mère !


Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2009
Messages: 44 364
situation virtuelle: Moi aussi j'ai un booooo chapeau ! pfff !
Féminin Taureau (20avr-20mai)
grade: fée railleuse de Vaujours

vache il est superbe ce texte !!!

merci !!!


ça me rappelle un autre texte, un autre ton, mon ton, mon vécu de la nuit, de la mort, de la maladie, de l'agonie, des clichés si loin de la réalité déguelasse de ce monde en blanc........


Saignante de la nuit........


Je ne suis pas en colère, je suis une éponge.

A t-on jamais vu, de mémoire de spontex,

une éponge se mettre en colère ?

Les chagrins, les silences, tout cela me ronge.

Mon côté doux éponge, mais mon coté qui gratte est tout sec,

Chiffon usé, torchon à misères.

Je suis une saignante de la nuit.

Je panse, je mens, je saigne.

Je ramasse et j’entasse les solitudes, les chagrins.

J’avale, je gonfle, et voilà : ça fuit.

J’encaisse, j’engrange les peines.

Je dégouline, ruisselle de maux qui ne sont pas miens.

Je ne suis pas en colère, je suis un gant de toilette.

A t-on jamais vu, de mémoire de douche,

un gant se mettre en colère ?

Je décrasse, gratte les croutes, et même, vide les tinettes.

Je ne frotte pas, je caresse, et ça c’est louche.

Ca vous dérange, j’espère.






Je ne suis pas en colère, je suis un thermomètre.

A t-on jamais vu, de mémoire d’annales,

un tube en verre se mettre en colère ?

Je bande d’un rouge sang quand je me fait mettre.

Après on me secoue et tant pis si j’ai mal.

Ca vous démange au moins, j’espère.

Je suis une saignante de la nuit.

Le noir est mon pays, le rouge est mon drapeau.

Tueuse en blanc, je suis du bon côté de la seringue.

Je pique et pique et coeur sans bruit.

Mercenaire délètère, snipper au bout du rouleau,

Je tire à vue, je recharge, à devenir dingue.

Je ne suis pas en colère, je suis un tranquilisant.

A t-on jamais vu, de mémoire de Xanax,

une benzo se mettre en colère ?

Je suce, j’avale, digére dolosal/largactil/phenergan.

Je vomis en silence les meurtres et les cache.

Et cela arrange bien mes pairs.


IL1996
_________________
"Et si le bobo enrichi était plus nocif que l'uranium appauvri ?"
MSN Skype
La Demoiselle au Stradivarius
 MessagePosté le: Ven 7 Oct 2011 - 10:01 Répondre en citant  
Message
  Celan


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 2 911
Localisation: Oise
Emploi: retraité
Loisirs: peinture et les chevaux
Masculin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon
grade: voltigeur

c'est du L'Isa craché , c'est du saignant , voir plus ...

Il est vrai que lorsque j'ai posté l'infirmière je me doutais que tu avais quelque chose de côté dans ce domaine !!!


j'aime bien, les termes sont excellents , bon c'est dur dur par moments !!!!!!


_________________
la joie est en tout; il faut savoir l'extraire
La Demoiselle au Stradivarius
 MessagePosté le: Ven 7 Oct 2011 - 15:06 Répondre en citant  
Message
  Celan


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 2 911
Localisation: Oise
Emploi: retraité
Loisirs: peinture et les chevaux
Masculin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon
grade: voltigeur

Demain je t’emmène chez moi

Elle m’avait dit :
« Demain je t’emmène chez moi en Grèce côté occidental,
il y a des falaises rouges, portant des villages comme des cascades.
Parfois ce sont des cubes blancs qui paraissent s’enfoncer dans la mer
D’autres sont des maisonnettes traditionnelles, attachées entre elle
Par un enchevêtrement de marches, le tout relié par un sentier discret.
Tu vois mon amour c’est une belle description, cela te tente
Nous serons à moins de deux kilomètres de l’Asie mineur.
Les plages de sable blanc, te séduiront un peu comme moi j’ai réussi
A le faire au bout de deux long week-end à Amsterdam.
En plus mon père possède deux ânes, qui nous emmènerons aux monastères
Puis nous redescendrons voir les carrières de marbres.
Tu sais la Grèce a un charme fou, c’est la plage des pêcheurs du monde entier
Enfin celle des pirates comme avant, la Grèce c’est des maisons blanches
Aux toits ronds, des chapelles orthodoxe, enfin un vaste bouquet
D’îles cycladiques.
Au fait…. j’ai oublié les châteaux et les demeures classées
Du XVII è et XIXè, mais ça c’est un détail à côté des villas de Kokkinos
Qui embrassent le spectacle de la Caldéra et à leur pied le sable noir accueille le club de Plongé.
Et puis vers cinq heures un petit verre de blanc liquoreux
Spécialement aromatisé rassemble les amoureux .
Après l’avoir laissé parler je lui ai répondu :
« Demain ……Ok, ma chérie, et j’ai ajouté ce soir je recouvrirai notre lit avec une couverture de lin brodé,
je verserai deux gouttes d’aloès sur l’écorce de cannellier du cinnamone rapporté du Sri lanka.
je dirai au vent du nord qu’il se calme et à celui du sud qu’il souffle fort sur notre jardin, qu’il distille ses aromates pour imprégner nos vêtements d’un bon parfum, toi la femme, sensible aux odeurs, qui aime goûter souvent les fruits délicieux …
je prendrai délicatement deux trèfles et deux pétales d’aubépine, celle qui a été greffée sur un rosier et je te les offrirai.
Nous partirons pour nous enivrer d’amour, chaque nuit la Grèce fera éclore pour toi des fleurs de feu sacré, car vu ton programme c’est sans doute l’endroit idéal pour filer le parfait amour.
Je claquerai des doigts et tu feras jaillir des étincelles de joie puis je t’offrirai des torrents de baisers en écoutant ton groupe favori les lothloriens »

Auteur Celan : le 25. 04. 2006

Cool
_________________
la joie est en tout; il faut savoir l'extraire
La Demoiselle au Stradivarius
 MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:30  
Message
  Contenu Sponsorisé




Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le-grand-fouillis.org Index du Forum » La baraque à Celan

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
Macinscott 2 by Scott Stubblefield